Présentation et Témoignage d'un ancien professeur stagiaire en Espagnol de Lyon

Une petite présentation des membres de la communauté Ruedesprofs, ça permet de briser la glace !
Répondre
MolotovTransfert
Messages : 1
Enregistré le : jeu. oct. 24, 2019 4:08 pm

Présentation et Témoignage d'un ancien professeur stagiaire en Espagnol de Lyon

Message par MolotovTransfert » jeu. oct. 24, 2019 4:10 pm

Bonjour à tous,

Nouveau sur le forum, je me permets de faire coup double avec ce post, présentation et publication de mon témoignage ci dessous:

Ancien professeur stagiaire au sein de l’Académie de Lyon, j’ai été licencié en novembre 2017 après une non-titularisation à l’issue de deux années de stage éprouvantes et au combien difficiles. Je suis passé devant le Tribunal Administratif de Lyon (30 août 2019) que j’ai saisi pour contester cette décision abusive.

Ma première année de stage s’est déroulée au Lycée Jean Paul Sartre de Bron, au sein duquel j’ai connu des conditions de formations profondément anormales :

Du 1er septembre 2015 au 4 janvier 2016 : harcèlement moral de ma tutrice de terrain.
Sans soutient et totalement livré à moi-même, face aux divers actes délictuels et tous punissables par la loi commis par certains de mes élèves (Enregistrement vidéo sur ma personne et à mon insu, vol, propos homophobes et diffamatoires, etc…)
En résumé, en plus de ne pas avoir été formé et protégé par l’établissement ; j’ai également eu moins de droit que mes élèves ou que tout citoyen à part entière.

Ma seconde expérience au Collège André Lassagne à Caluire et Cuire, s’est révélée être une année positive et aboutie jusqu’au deux tiers avec des appréciations et des commentaires encourageants tant à l’oral qu’à l’écrit de tous mes formateurs qui me laissaient entrevoir une titularisation acquise sans problème.

Ainsi le rapport d’inspection du 13 février 2017 me mentionnait en ces termes :

« M. FRAILES fait bien de l’espagnol la seule langue de communication du cours et il s’exprime lui-même dans une langue de qualité. »
« Nous lui adressons nos encouragements. »
Le rapport final de mon tuteur académique en fin de formation valide 23 des 27 compétences du référentiel d’évaluation du professeur stagiaire et souligne les éléments suivants :

« Un enseignant stagiaire qui a une bonne connaissance d’éléments réglementaires qu’il respecte scrupuleusement. »
« Un stagiaire qui montre une bonne volonté de bien faire. »
« M. FRAILES est un enseignant stagiaire sérieux qui a eu à cœur d’écouter et de tenter d’appliquer les conseils qui lui ont été fait et ce dès le début de l’année. »
Cette situation très positive a été bouleversée par la deuxième visite de ma tutrice ESPE le 21 mars 2017, point de départ d’une descente aux enfers marquée par des réquisitoires de plus en plus négatifs et caricaturaux. Cet événement marque le lancement d’une procédure d’alerte à mon encontre pour les motifs suivants :

Un usage du français pour expliquer les consignes d’un exercice complexe auprès d’un public débutant et en décrochage scolaire dans toutes les matières.
D’avoir été désagréable avec cette classe ce jour-là (classe ingérable continuellement dissipée avec l’ensemble de l’équipe pédagogique)
D’être immature, triste et inadapté pour le public de l’académie de Créteil (mon affectation pour l’année scolaire 2017-2018, si j’avais été titularisé)
Ces critiques totalement injustes et infondées étaient absolument vides de sens. A aucun moment, n’ont été prises en compte les difficultés : classe très faible, deuxième heure de cours d’affilée. Ma tutrice a totalement ignoré le fonctionnement d’une activité complexe par un groupe en décrochage généralisé qui s’est surpassé ce jour-là, ce qui a été une véritable prouesse. En quoi (face au succès de la séance) utiliser le français comme proposé par mon tuteur de terrain lors de notre préparation de ce cours pour faire-face au niveau déplorable du groupe est-il condamnable ? Ces arguments n’ont donné lieu à aucun échange constructif et formatif avec ma tutrice ESPE. Il n’y a eu aucun dialogue : mes réponses et explications ont été balayées avec dédain dans une ambiance glaciale et dans un mépris réel. L’entretien s’est terminé par des menaces à peine voilées et la conclusion de cette visite a été, pour mon parcours professionnel, dévastatrice. Elle a transmis un avis lourdement négatif à mon sujet et remis durement en cause mon tuteur de terrain devant mon chef d’établissement. J’ajouterai en insistant que je n’ai reçu aucun contact formatif de cette personne, (censée être ma tutrice) pendant toute l’année scolaire, en dehors de deux inspections de 50 minutes.

A cette visite succéda des inspections répétées plus traumatisantes et dévastatrices les unes que les autres : une nouvelle inspection à peine 15 jours après (le 4 avril 2017) qui repris les propos de ma tutrice ESPE et remis plus profondément en cause tout le travail et les appréciations positives obtenues jusque-là. Ceci a également entamé ma légitimé d’enseignant auprès de mes élèves.

L’élément décisif qui allait définitivement entériner et consolider la mise en place de mon processus de licenciement a été la visite de l’Inspecteur Général le 9 mai 2017, ou il a accumulé à mon encontre : exagérations, affirmations catégoriques et caricaturales ainsi que des propos mensongers et diffamatoires afin de dresser de manière définitive un portrait me concernant des plus obscurs. En véritable liquidateur, cette personne n’a eu aucun scrupule à utiliser les pires procédés pour me détruire psychologiquement : menace de suspension pour des faits totalement surréalistes, propos blessants et profondément déstabilisants qui font que même encore aujourd’hui je suis lourdement impacté par ce que j’ai subi ce jour-là. Je suis sorti de son entretien ou plutôt réquisitoire face à l’équipe dirigeante du collège, profondément affecté, complément hébété, sonné et tenant à peine debout. Cette inspection a été une véritable mise à mort professionnelle.

Suite à cet événement, la machine infernale mise en place s’est emballée pour s’acharner contre moi. Tous les acteurs de ma formation, hormis mon tuteur de terrain, sont venus m’achever n’hésitant pas dans leurs rapports finaux à être en contradiction avec eux même (Principal du Collège, Madame l’Inspectrice…) ou à tenir des propos à nouveau profondément mensongers et diffamatoires (Directeur de l’ESPE…) afin de s’assurer que la seule et unique issue possible soit mon licenciement.

Tous ces éléments ne représentent en la matière que le début d’une procédure extrêmement longue, difficile et traumatisante dont j’ai dénoncé les points suivants :

De la manière la plus solennelle: qu’on ait profité de ma faiblesse et de ma détresse psychologique suite à l’inspection au combien traumatisante de l’Inspecteur Général pour m’inciter à signer des documents infâmes, au combien accablants et dénigrants dont le seul but était d’affaiblir davantage ma position. Monsieur le Principal n’a pas hésité alors à m’affirmer avec insistance que je pourrai les contester et que ces éléments seraient dans mon dossier, ce qui dans la réalité n’est jamais arrivé. Ce genre de pratiques sont indignes et éloignées de l’Humanisme qu’on serait en droit d’attendre de la part du Rectorat.
La réalité et la manière dont s’est déroulé mon passage devant le jury de titularisation : documents manquants et faits occultés par le Rectorat et non pris en compte par la propre commission.
Une procédure interminable et inhumaine qui a débuté pour moi fin mars 2017. J’ai dû attendre le 9 novembre 2017 et quatre longs mois d’incertitudes (suite au jury statuant sur ma non-titularisation) pour recevoir mon arrêté de licenciement.
Que l’on ait pu me laisser dans l’ignorance par rapport à mon statut et à ma situation malgré mes interrogations auprès du jury de titularisation et des Services RH du Rectorat de Lyon qui ont été à l’image de cette procédure : abjects.
Dans ma procédure en contentieux auprès du tribunal, l’extrême légèreté du Rectorat et du Ministère dans leur mémoire de défense : dates approximatives malgré (dès le début) des courriers envoyés en AR et éléments erronés. Dans les documents du Ministère on m’appelle Daniel : ce qui n’est pas mon prénom, même mon État Civil a été bafoué !!
Le but essentiel de mon action devant le tribunal administratif était de laver mon honneur et dénoncer des pratiques lourdement contestables, même si je savais très bien que ce recours avait peu de chances d’aboutir. J’avais l’espoir qu’il ait le mérite de dénoncer et peut être d’empêcher, à l’avenir, que d’autres personnes soient violentées et victimes de tels agissements…

Il me semble important que les acteurs qui m’ont lourdement pénalisé jusqu’à me détruire tant professionnellement que psychologiquement soient dénoncés et mis devant leurs responsabilités.

En définitive, mon expérience au sein de l’Éducation Nationale se sera soldée par du mépris, de la calomnie et des mensonges. On m’a abandonné à ma triste réalité, puis traîné dans la boue sans même me justifier les motifs d’un tel comportement. Ces pratiques sont hautement dénonçables par leur violence et le fait qu’elles génèrent une lourde précarité tant professionnelle que personnelle. J’estime que de tels agissements ne devraient pas avoir lieu d’être dans un système démocratique. Ils ne sont qu’avilissants et j’en porte encore les stigmates…

Pour finir, il me semble important d’appuyer ma réalité actuelle face au projet de loi : École de la Confiance, soumis récemment par le gouvernement. Malgré mes études (2 licences, 2 Master, un Concours du CAPES obtenu avec brio : 115eme sur 365) je suis aujourd’hui clairement blacklisté par l’Éducation Nationale alors que je suis inscris en première année de Doctorat. Aucun poste de contractuel ne m’a été proposé alors que je suis enregistré sur les listes du SIATEN dans deux académies : Dijon et Besançon. Depuis mon licenciement les offres d’emplois pour lesquels j’ai eu des réponses sont restées lettres mortes après que le Rectorat ait été contacté par les établissements (dans le cas d’un établissement privé on est passé de l’urgence absolue à : « le rectorat a trouvé une personne plus expérimentée »…) Cela démontre clairement que mon licenciement rend mes études caduques à peine terminées. Je trouve cela complètement insensé alors qu’on va permettre à des étudiants novices et inexpérimentés en deuxième année de licence d’enseigner par faute de vocation et de personnel. Suis-je à ce point incompétent ? Comment ai-je pu poursuivre des études longues (encore à ce jour, avec le doctorat) et obtenir des diplômes avec mention si je suis mauvais à ce point ? C’est incontestablement la démonstration de l’absurdité et de la faillite totale du système.

Nous avons reçu depuis le jugement de l’audience du 30 août qui a conclu par un rejet des demandes. Le tribunal administratif de Lyon s’est borné à énumérer les conclusions du rapporteur public. La plaidoirie de mon avocat, n’est même pas évoquée, seul est mentionné que les observations du Maître ont été entendues. Sur tous les points émis dans les défenses de l’avocat aucun n’a été repris dans ce jugement. Pire ce document annonce que le mémoire, enregistré le 12 avril 2018, n’apportant pas d’élément nouveau, n’a pas été communiqué au dossier. Or celui-ci démontrait le rôle néfaste et pernicieux de la tutrice ESPE, dans ce licenciement. Cette personne lors de son inspection me décrit comme : triste, inadapté pour l’académie de Créteil, agressif face aux élèves…

En complément de cette censure, le rapport occulte la réalité de l’inspection épouvantable que j’ai subi le 09 mai 2017 par l’inspecteur général de l’académie de Lyon. Ce jugement parle d’une d’inspection, d’un inspecteur mais ne précise pas que c’est de l’inspecteur général qu’il s’agit. Ces deux omissions occultent les deux personnes qui ont œuvré et de quelle manière dans ce licenciement. Il est pour moi évident que tout a été mis en œuvre pour les disculper. Cette réalité est à mon sens très grave puisque le tribunal a été mis au courant tant par moi que par mon avocat des violences que j’ai subi de la part de ces deux personnes. Après les agressions de l’inspecteur général, je suis persuadé que sans l’écoute, le soutien de mes parents et la bienveillance de Madame la Principale Adjointe du collège (qui a été la seule à faire preuve d’humanité à mon égard lors de ce lynchage) j’ai été à deux doigts de commettre l’irréparable tant ce que j’ai vécu a été traumatisant et d’une violence insensée. J’en conclue donc que le système : Le recteur, le ministre, le tribunal administratif… accordent un droit de vie et de mort aux inspecteurs généraux sur leurs agents, qui sont vraiment des sous citoyens.

L’avocat m’a conseillé de ne pas faire appel et c’est vrai que l’on peut rationnellement se poser la question ? L’Institution est clairement au-dessus des lois. Ce procès aura coûté 2000€ et n’aura même pas permis d’apporter le réconfort du témoignage et ainsi d’alerter de la sombre réalité que peut être l’Éducation nationale. Les parents, les jeunes, qui souhaitent s’orienter vers le plus beau métier du monde devraient pouvoir savoir que des risques existent. Cette défaite attendue est amère, je suis doctorant et malgré deux licences, deux mastères, un CAPES réussi 115 sur 365 je suis clairement blacklisté et je n’enseignerai donc plus jamais. Le prix pour avoir voulu dénoncer et témoigner…

Vous pourrez trouver davantage d'information dans la consultations des pages et articles du site suivante:

molotovtransfert.wordpress.com

Vous remerciant d'avance pour votre lectures et vos réactions.

MolotovTransfert

Répondre

Retourner vers « Coucou, c'est nous ! (Présentez vous) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité